Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ecolo - Michaël Leclercq - Thuin
  • Ecolo - Michaël Leclercq - Thuin
  • : Ce blog vous présente Michaël Leclercq, Conseiller Communal à Thuin et Chroniqueur à la RTBF. Nous vous souhaitons un bon surf !
  • Contact

Recherche

/ / /


   L’enfance aujourd’hui : Etat des lieux et analyse d’Ecolo

Bon nombre d’évolutions plus ou moins récentes de notre vie en société peut affecter le bien-être des enfants :

• l’accroissement de la précarité et l’effritement des liens sociaux touchent les enfants bien plus que les adultes ; leur plus grande vulnérabilité peut mettre en péril leurs perspectives d’avenir
• dans beaucoup de familles, chacun des parents doit ou souhaite travailler. Cela peut se traduire, en particulier pour les jeunes adultes, par l’acceptation d’un boulot incertain, par des horaires flexibles, de longs déplacements, …
• les grands-parents sont, quant à eux, encore très actifs, ont en charge leurs parents très âgés ou habitent loin ; ces différentes évolutions tendent à rendre les adultes moins et souvent trop peu disponibles ;
• les possibilités d’accueil sont insuffisantes ; les structures d’accueil (petite enfance ou extrascolaire) sont trop peu soutenues, et quelquefois peu accessibles ou inadaptées.


Il faut rappeler que les entités d’Anderlues- Binche- Estinnes- Morlanwelz, flirtent avec 20% de demandeurs d’emploi. De plus en plus de personnes dépendent aussi de revenus d’insertion.
 
Le niveau de richesse de ces communes est inférieur à celui de la Région Wallonne qui est de 94 contre 82 pour Anderlues, 85 pour Morlanwelz et 86 pour Binche.*

   Pourquoi augmenter le nombre de places d’accueil sur le Canton de Binche ?


Parce que les possibilités d’accueil sont insuffisantes et pas toujours accessibles à tous.

Si le Conseil Européen (Barcelone 2002) souhaitait atteindre 33% de taux de couverture pour 2010, il faut savoir que pour le Hainaut la moyenne, à l’heure actuelle, n’est que de 21.8%.
Binche, Anderlues, Morlanwelz et Estinnes ont un taux de couverture encore bien inférieur avec respectivement pour chaque entité 13%, 11.9%, 13% et 12.9% (milieux d’accueil subventionnés et non- subventionnés cumulés) **

Sur le canton de Binche : un enfant sur 10, seulement, peut-être accueilli dans un milieu d’accueil de la petite enfance !

Pour remédier à cette insuffisance, la Communauté française  a mis en place les plans Cigogne 1 et 2. Pour la province de Hainaut, une quinzaine de projets équivalant à 900 places d’accueil ont été déposés. L’ONE ne disposent malheureusement que de 280 places subsidiables… ***


Quelques structures vont bénéficier de ces subsides : les coccinelles à Leval-Trahegnies passeront de 12 à 24 places, la maison de l’enfance à Anderlues qui se transforme en crèche (de 12 à 30 places), les mini-bouts à Carnières (de 18 à 36 places).

Quant à la RW, si elle est  venue à la rescousse pour financer l’aménagement des bâtiments ou pour subsidier du personnel, elle l’a fait de manière trop dispersée et n’a, par ailleurs, pas agi « gratuitement » : votre enfant est-il orange ou rouge ? Elle a souhaité prendre de plus en plus de pouvoir sur le choix des projets à financer, sans se soucier des priorités fixées (notamment en terme de taux de couverture) et des règles en vigueur (participation financière des parents proportionnelle à leurs revenus, …).

EX : Thuin, Sivry-Rance…  pas retenu par l’ONE.

  *** « L’indice de richesse est le rapport entre le revenu moyen par habitant d’une commune, d’un arrondissement, d’une province ou d’une région. L’indice de richesse de la Belgique est de 100. Dès lors, un indice de richesse de 105 signifie que le revenu moyen par habitant est supérieur de 5% à la moyenne nationale » http://mineco.fgov.be/entreprises/atalasproject/Atlas 2007_methode_fr.htm
  Chiffres études et statistiques ONE.
  Accueil subventionné : Crèche, Maison Communale de la petite enfance, ASBL d’accueillantes à domicile

Pour permettre aux mamans de s’épanouir

L’accueil de la petite enfance est souvent considéré pour sa fonction dite « économique » : il permet en effet aux parents – et particulièrement aux femmes – de continuer à travailler, de suivre une formation ou d’être à la recherche d’un emploi.


Pour permettre l’intégration des familles précarisées

Le milieu d’accueil est, en revanche, moins connu pour les fonctions éducatives et sociales qu’il remplit. Or, il est un endroit de prédilection pour découvrir le monde extérieur, apprendre à connaître les autres et à les côtoyer dans le respect. Il est aussi appelé à s’ouvrir aux familles confrontées à diverses difficultés (de couple, culturelles, sociales, …), à les accompagner et à favoriser leur participation. L’apprentissage du langage est également décisif pour les enfants de familles immigrées.
Le nombre de places d’accueil, mais aussi la qualité et l’accessibilité de l’accueil, doivent donc retenir toute notre attention.


Pour permettre le choix de l’accueil pour ses enfants

Dans notre région, pour les futurs parents, la recherche d’une solution d’accueil commence bien avant la naissance de leur enfant. Plus problématique encore, est l’impossibilité de choisir comment il sera pris en charge : crèche ou accueillante à domicile.

 

  Propositions pour l’accueil de 0 à 3 ans.

1. Une Structure d’Accueil dans chaque village ou quartier

Au vu des chiffres donnés en introduction, il est, avant tout, évident qu’il est indispensable d’augmenter le nombre de milieux d’accueil en ayant comme objectif sociétal l’ouverture des structures de qualité dans chaque village/quartier. Grandir près de chez soi, c’est découvrir son environnement, se construire des repères et un réseau de relations, comprendre d’où on vient.

Mais, les communes devraient participer davantage à la construction des projets et comprendre qu’elles disposent d’un atout indispensable pour offrir un accueil de qualité : la proximité.
C’est aussi un vecteur économique et social trop souvent négligé par nos pouvoirs communaux. Proposer des solutions d’accueil, attire et retient les jeunes familles, et ce, pour maintenir la vie de nos villages.

Pour Ecolo, des moyens financiers et humains doivent être consacrés pour qu’à terme chaque quartier et chaque village disposent de structures d’accueil de la petite enfance (Crèches, maison communale de la petite enfance ou accueillantes à domiciles).

2. Renforcer les moyens humains de l’ONE

Augmenter le nombre de place d’accueil signifie également augmenter les moyens humains de l’ONE. Par exemple, le Hainaut ne compte que dix coordinatrices accueil, chargée d’évaluer et accompagner tous les milieux d’accueil afin d’en améliorer la qualité. Celles-ci couvrent un territoire en fonction du nombre de place d’accueil. Pratiquement, notre canton est supervisé par une coordinatrice qui doit couvrir tout l’arrondissement de Thuin jusqu’à Momignies, Gerpinnes, Montignies le tilleul et une partie de Mons....


3. Améliorer le statut des accueillantes d’enfants

Il faut aussi améliorer le statut du personnel en attribuant un statut social complet aux accueillantes d’enfants à domicile (revenus fixes, droit aux allocations de chômage, valorisation de l’ancienneté, congés payés légaux, pension…) ainsi qu’une revalorisation salariale, une stabilité des contrats de travail ainsi qu’un accès à la formation continue des travailleurs en structure d’accueil collective.

4. Halte-garderie, garde d’enfant malade à domicile, flexibilité et urgence
Il est impératif de rencontrer des besoins spécifiques, tels que les horaires atypiques et l’urgence de certains cas (reprise d’un emploi, changement de rythme de travail, maladie,…) en développant plus de halte-garderie, de garde d’enfants malade à domicile ainsi que l’accueil d’urgence et l’accueil flexible.


5. Participation financière des parents (PFP) proportionnelle aux revenus

Les structures d’accueil de l’enfance ne peuvent être réservées aux parents qui disposent de ressources financières suffisantes et aux parents qui travaillent. Elles doivent au contraire être accessibles à tous les publics, quelles que soient les situations sociales et professionnelles.
Pour ce faire, il faut rendre financièrement supportable l’accueil des enfants aux parents ;
Comme Ecolo souhaite favoriser davantage la mixité des publics, il faut que le principe de la participation financière des parents (PFP) proportionnelle aux revenus soit  généralisé (accueillantes autonomes, crèches privées et autres milieux non subventionnés).


6. Favoriser l’intégration

Par ailleurs, pour certaines familles, le pas à franchir pour rentrer dans un milieu d’accueil est encore trop grand. La langue, l’aménagement des locaux ou la façon de travailler des accueillantes à domicile ou des travailleurs des structures collectives sont parfois très éloignés des pratiques et de la culture des milieux plus populaires ou des familles issues de l’immigration. Là aussi, une approche de proximité, encourageant la connaissance des familles et de leur univers domestique, et favorisant une collaboration constructive avec d’autres organisations, peut faciliter un travail de qualité.

Enfin, la procédure d’inscription et toutes les démarches administratives qui l’accompagnent peuvent être des freins, d’autant que, bien souvent, il est nécessaire de s’y prendre de très nombreux mois à l’avance et qu’il faut multiplier les inscriptions pour décrocher une place. Il conviendra d’améliorer cette situation.


  Accueil extrascolaire pour les 3 à 12 ans :

Début des années 2000, sous l’impulsion du Ministre de l’Enfance de l’époque, le décret « Accueil Temps Libre » (ATL) a vu le jour avec comme axes principaux l’ancrage communal et la qualité de l’accueil. Depuis, aucun budget supplémentaire n’a été affecté à l’accueil extra- scolaire. La Ministre s’est contentée de poursuivre la démarche entreprise par son prédécesseur, sans plus. Elle a, par contre, envisagé d’élargir le dispositif « titres-services » à la garde d’enfants à domicile, dispositif d’ailleurs imaginé sans véritable réflexion sur le bien-être des enfants, sur le statut et la formation des personnes qui s’occuperaient d’eux, sur une juste contribution financière des parents.

Or, différentes évolutions se sont accentuées tel que :

- le marché du travail avec une demande de flexibilité accrue ;
- le nombre de famille monoparentale avec les enfants ;
- des grands- parents moins disponibles.

Différents problèmes subsistent :

- le statut des personnes qui assurent l’accueil des enfants (rotation importante) ;
- les subsides accordés aux opérateurs d’accueil sont insuffisants ;
- les heures d’ouverture ;
- les déplacements de l’école vers une activité extérieure.
- …


Fin janvier, il était également prévu d’avoir une évaluation du décret accueil temps-libre. Nous l’attendons toujours… urgemment !

Propositions pour les Accueils Temps libre (ATL)


1. La mise en réseau pour renforcer l’accueil extrascolaire.

Lorsque la mobilisation est collective (commune, écoles, partenaires culturels et sportifs) et que les ressources humaines et financières affectées sont importantes, l’accueil temps libre peut apporter beaucoup, que ce soit sur le plan du nombre d’activités proposées ou sur le plan de la qualité de celles-ci. Ecolo plaide donc pour un renforcement des moyens affectés à l’accueil extrascolaire « collectif » de proximité.

2. Statut aux personnes assurant l’accueil extrascolaire

Offrir un véritable statut aux personnes qui assurent l’accueil extrascolaire (notamment en groupant les prestations aux différentes activités – garderies scolaires, mercredi après-midi, vacances scolaires, … – pour que ces personnes obtiennent au moins un contrat de travail à mi-temps.


3. Plus d’activités, avec des horaires mieux adaptés

Augmenter l’offre d’activités (école des devoirs, centre de vacances, club de sport, centre culturel…) et mieux adapter les heures d’ouverture et de fermeture des activités d’accueil aux besoins des familles ou, dans les milieux plus urbains, organiser davantage des haltes d’accueil.

4. Favoriser l’accueil des enfants pouvant souffrir de discrimination.

Des enfants ou groupes d’enfants, tels les enfants porteurs d’handicap ou encore les enfants d’origine étrangère, sont plus exposés à différentes formes de discrimination. Ecolo entend lutter contre toutes les formes de discrimination infligées aux enfants. Ecolo estime ainsi que l’accueil temps libre doit être sensibilisé à l’accueil de tous.

5. Redéfinir le rôle des coordinateurs des ATL dans les communes.
 
Le coordinateur Temps-libre est subsidié par l’ONE. Dans la pratique, il est désigné, ou engagé par celle-ci. Son rôle est bien évidement de coordonner au mieux toutes les activités organisées sur un territoire (activités sportives, culturelles, …) et d’organiser les déplacements vers ces activités ; le moment de transition « école – activités » devrait pouvoir être aussi organisé collectivement.
De l’animation, elle-même, au secrétariat pour la commune, en passant par le recensement des chiens… le coordinateur temps libre est malheureusemnt mis à « toutes les sauces » par les communes !
Il est indispensable de rappeler aux communes leurs obligations, et de préciser le rôle de ces coordinateurs.


  Conclusions


Veiller au bien- être  des enfants, de tous les enfants (handicapés, de milieux précarisés ou immigrés,…) et permettre l’exercice plein  et entier des droits des enfants inscrits dans la Convention Internationale (droits à un niveau de vie suffisant, à la vie de familiale, à la santé, à l’éducation, à la participation,…), implique de lutter contre la pauvreté, contre toutes les formes de discrimination et contre toutes les maltraitances.
 
Pour Ecolo, les engagements à prendre dans ces domaines, sont primordiaux.

C’est en se mettant  à l’écoute des acteurs de terrain et des bénéficiaire que l’on peut adopter les meilleurs textes légaux après une large consultation et concertation. C’est en leur permettant de travailler en réseaux avec les AMO (service d’aide en milieu ouvert)- PSE (promotion de la santé à l’école) – PMS (centre psycho- médico sociaux)- SAJ (service d’aide à la jeunesse) – l’ONE- … que l’on pourra mettre sur pied des structures d’accueil permettant la prévention de l’échec scolaire et social et ce dès la petite enfance. Il est important de sortir les personnes dites « à risque » ou « différentes » de l’isolement.
 


  Pourquoi un salon consacré à l’enfant ?


ECOLO a toujours développé une vision à long terme de la société.
Tout naturellement, les personnes qui feront la société de demain sont les enfants d’aujourd’hui. Il faut donc permettre, à chacun d’entre- eux, avec leurs différences, leurs aptitudes, leurs sensibilités de faire face sereinement à leur vie  d’adulte ainsi que d’agir en acteur responsable d’une société durable.

Convaincu de l’importance d’une approche multidimensionnelle en considérant l’ensemble des problématiques, nous avons voulu réunir sous un même toit plusieurs acteurs de terrain afin de sensibiliser les familles : qu’il s’agisse d’aide à la parentalité, d’approche éthique de la famille à travers le monde, de conseils ciblant l’enfant et son entourage,  d’hygiène de vie ou de consommation durable et locale.

Nous avons voulu aller à contre-courant de tout ces grands salons commerciaux visant l’enfant, nous voulons amener les familles à une réflexion sur les aides qui leurs sont fournies près de chez eux, de la possibilité pour tous d’accéder à un sport, à une qualité de vie, tout en respectant le futur de leurs enfants. Bref, tracer le chemin d’une société durable où les enfants n’auront pas trop de reproches à nous faire.

Bien évidemment, le ludique ne sera pas mis de côté et plusieurs animations et jeux seront à disposition des enfants. Les parents ne seront pas en reste grâce à différents ateliers proposés ainsi qu’une conférence sur la nutrition.

Cet événement, nous espérons pouvoir le répéter chaque année, en adaptant son contenu aux demandes qui nous seront faites cette année,  en l’ouvrant à d’autres problématiques de l’enfance…
Nous sommes convaincus qu’il est possible de faire face aux défis rencontrés par les enfants, en leur permettant de s’épanouir et en les aidant à devenir des citoyens autonomes, responsables et solidaires.  Voici donc quelques propositions que fait Ecolo au sujet des enfants.

Partager cette page

Repost 0
Published by